Etat des mains
dans la coiffure sur
 Roanne et sa Région

 

SOMMAIRE

INTRODUCTION

DEROULEMENT DE L' ETUDE

RESULTATS STATISTIQUES DE L'ETUDE

Résultat numériques généraux

Résultats sur les moyens de protection utilisés

Résultats médicaux sur l'état des mains

IDENTIFICATION DES PRINCIPALES DERMATOSES DES COIFFEURS

puce La dermite d'irritation
puce Les anomalies des ongles
puce L'eczéma de contactallergique
puce Les callosités
puce Les urticaires de contact
puce Le granulome interdigital
 
puce Tableaux des maladies professionnelles qui concernent les coiffeurs
 

IDENTIFICATION DES FACTEURS RESPONSABLES

puce Les irritants cutanés
puce Les variations thermiques
puce Les allergènes
puce Facteurs personnels
puce Les forces mécaniques
 
   

LES MESURES DE PREVENTION DES DERMATOSES

Remplacer les produits dangereux par des produits moins dangereux

Se protéger les mains du contact avec les produits

Soigner ses mains

N.B. : Le  nickel, très allergisant.

CONCLUSION

Les 10 commandements du coiffeur

Quelques conseils d'aménagement du salon

 

INTRODUCTION

Cette étude à été réalisé par 4 médecins du SIMTR (Service Interentreprises de Médecine du Travail de Roanne ) : les Drs Faure, Galland, Reure et Vial avec la participation d'une technicienne en toxicologie : Mme Saenz.

Le but de l'étude était de dresser un bilan précis sur l'état des mains des coiffeurs et de mener une action médicale de prévention dans un secteur d'activité ne comportant que des petites entreprises.

96 salons étaient concernés employant 193 salariés.

DEROULEMENT DE L' ETUDE

RESULTATS STATISTIQUES DE L'ETUDE

Résultat numériques généraux

161 coiffeurs ont répondu dont 52 apprentis.
La moyenne d'age est de 25 ans et 87 % sont des femmes.
70 % travaillent à plein temps.

Résultats sur les moyens de protection utilisés

Gants de protection
Les gants sont surtout portés pour les teintures et les décolorations.
Ils sont très peu portés pour les permanentes et les shampoings (1% pour ces derniers).
Ils sont en général disponibles, mais doivent être achetés par le salarié dans 5 % des cas.
S'ils ne sont pas portés c'est parce qu'il gêne le travail.

Lavage et séchage des mains
88 % utilisent du shampoing
37 % utilisent du savon
5 % utilisent un savon surgras
76 % se sèche vite et mal.
 

Crèmes de protection
12 % utilisent une crème de protection
43 % utilisent une crème d'entretien

Résultats médicaux sur l'état des mains

48% des coiffeurs ont eu un problème au niveau des mains.
Les lésions les plus fréquentes sont des dermites sur la face dorsale des mains ou aux espaces interdigitaux.
L'aggravation des lésions se fait en hiver et une amélioration a lieu lors des arrêts de travail.

 

78 % des symptômes apparaissent lors de l'apprentissage. 63 % guérissent sans récidive mais ces dermites ont une évolution longue et peuvent compromettre l'avenir professionnel.
 

IDENTIFICATION DES PRINCIPALES DERMATOSES DES COIFFEURS

- La dermite d'irritation - Les anomalies des ongles
- L'eczéma de contact allergique - Les callosités
- Les urticaires de contact - Le granulome interdigital
   
   

- La dermite d'irritation

Elle est très fréquente, notamment au cours de l’apprentissage.
Les symptômes suivants sont tous plus ou moins intriqués : 

  l’hyperhydrose : c’est la main moite. 

  l’érythème : ou rougeur de la paume des mains et du bord latéral des doigts. 

  la peau rouge, sèche et squameuse : sur le dos des mains, les espaces interdigitaux et le bout des doigts. Les squames sont les petits morceaux de peau qui se détachent. 

Au stade précoce, une tolérance sans aggravation peut s’observer.

Chez d’autres, la desquamation devient plus importante avec des fissures douloureuses, une peau cartonnée oedémateuse (les doigts gonflent, ils sont boudinés). 

Il y a risque de passage à la chronicité ou de développement d’une sensibilité à un allergène professionnel. 

Le bilan allergologique s’impose devant toute dermite d’irritation chronique.
 

- L'eczéma de contact allergique retour liste des dermatoses

Les lésions sont très ressemblantes mais avec des critères de gravité plus marqués. 

Les différences essentielles qui permettent d’orienter le diagnostic vers le mécanisme allergique : 

les démangeaisons ou prurit sont en général très présentes. 

il existe souvent des vésicules ou bulles d’eau qui s’ouvrent laissant une peau suintante offerte à la surinfection. 

l’oedème est très présent avec un aspect congestif, très rouge.

la limite des lésions est imprécise avec un débord au delà des zones de contact des produits. 

l’éruption peut se développer à distance sur les poignets, les avant-bras, plus rarement au visage.
 

- Les urticaires de contact retour liste des dermatoses

Plus rare, il s’agit d’une réaction à type de plaques rouges gonflées, la démangeaison est très marquée. 

Cet urticaire apparaît quelques minutes à une heure après l’application du produit responsable et disparaît en quelques heures. 

Le danger  vient des possibles réactions de généralisation avec oedème de la gorge, asthme voire choc anaphylactique qui met en jeu le pronostic vital.
 

- Les anomalies des ongles retour liste des dermatoses

L’eczéma chronique peut entraîner la formation de stries transversales, les ongles sont friables, cassants, incurvés, surtout celui du pouce.
 

- Les callosités retour liste des dermatoses

Elles sont inesthétiques et parfois douloureuses.
 

- Le granulome interdigital retour liste des dermatoses

Plus rare, il est habituellement situé entre le deuxième et troisième doigt. 

Il s’agit d’une réaction inflammatoire due à l’inclusion sous la peau de fragments de cheveux. Ces nodules peuvent se surinfecter et nécessitent alors une ablation chirurgicale.
 

        

Tableaux des maladies professionnelles qui concernent les coiffeurs

N° TABLEAU

MALADIE

AGENT CAUSAL

15 - DERMITE IRRITATIVE

- AMINES AROMATIQUES
( colorants )

15 bis - DERMITE ECZEMATIFORME - AMINES AROMATIQUES
43 - DERMITE ECZEMATIFORME

- ALDEHYDE FORMIQUE
( shampoing )

49 - DERMITE ECZEMATIFORME

- AMINES ALIPHATIQUES
(cocamidopropyl betaine )

65 - LESIONS ECZEMATIFORMES - PERSULFATES ALCALINS
- THIOGLYCOLATE D'AMMONIUM
- AMMONIUMS QUATERNAIRES
- HYDROQUINONE
- MERCAPTO BENZOTHIAZOLE

gants

- SULFURE TETRAMETHYLTHIURAME
- DITHIO CARBAMATE

crème

- BAUME DU PEROU

95

- LESIONS ECZEMATIFORMES
- URTICAIRE GEANT
- OEDEME DE QUINCKE

- URTICAIRE DE CONTACT

 

LATEX

IDENTIFICATION DES FACTEURS RESPONSABLES

Les irritants cutanés
Les allergènes
Les forces mécaniques
Les variations thermiques
Facteurs personnels

Les irritants cutanés

l’eau : le travail en milieu humide plusieurs heures par jour altère l’épiderme.  L’eau a un pouvoir toxique sur les cellules superficielles car elle est hypotonique. Elle fait sortir l’eau intracellulaire ce qui est responsable d’une sécheresse de la peau.
 

les shampooings : par leurs propriétés lavantes dues aux tensioactifs alcalins, ils dissolvent les couches protectrices de l’épiderme. La peau est mise à nue sans protection.

Les shampooings à pH neutre sont moins toxiques mais seraient d’un coût plus élevé.
 

les autres produits :  permanente, coloration et décoloration sont également agressifs, surtout s’ils contiennent des sels métalliques.
 

Les allergènes Retour facteurs responsables

•  Les teintures capillaires : la plupart des allergies sont dues aux colorations permanentes par oxydation et plus rarement aux colorations dites semi-permanentes.

Les allergènes les plus courants sont : 

La para phénylène diamine ou PPD

La para toluène diamine ou PTD 

Certaines études ont montré qu’environ 10% des coiffeurs sont sensibilisés à la PPD.

Cette sensibilisation peut entraîner des réactions croisées avec d’autres produits proches au niveau de la structure chimique : d’autres colorants, certains antibiotiques, des anesthésiques locaux ou même des écrans solaires. 

Citons également deux autres allergènes :

la résorcine                          le pyrogallol

•  Les permanentes : la kératine du cheveu est cassée par des thioglycolates puis reconstituée par l’action d’une solution oxydante.

Les permanentes alcalines contenant l’acide thioglycolique, ATG, sont peu allergisantes.

Les permanentes acides contiennent du monothioglycolate de glycérol , GMTG, en revanche très allergisant.
De plus, il a le grave inconvénient de rester présent dans les cheveux plus de 3 mois après une permanente, de contaminer les instruments et de traverser les gants en vinyle et latex.

Ceci explique la pérennisation de l’eczéma chez les coiffeurs même s’ils n’appliquent plus eux-mêmes les permanentes.

•  Les produits de décoloration : ils contiennent des persulfates alcalins ( de sodium, potassium ou d’ammonium) responsables plus souvent d’urticaire de contact que d’eczéma. 

8 à 12 % des coiffeurs seraient sensibilisés au persulfate d’ammonium.

•  Les shampooings : bien qu’ils soient rincés, les shampooings peuvent provoquer des sensibilisations par répétition des contacts pluriquotidiens avec les mains.

 Sont incriminés : 

Les tensioactifs comme la cocamido propy bétaïne

Les conservateurs comme le formaldéhyde

Les parfums.

•  Le nickel : c’est l’allergène le plus fréquent.

35 % des coiffeurs seraient sensibilisés. 

Le nickel provient :   

Des instruments métalliques.

Des bijoux fantaisies.

Des montres, boutons de jean et boucles de ceintures portés à même la peau.

Du percement des oreilles et autres piercing. 

De plus le contact des liquides de permanentes ou de décoloration avec les instruments métalliques facilite la dissémination d’ions nickel.

•  Les constituants du caoutchouc : le latex ou les additifs de vulcanisation du caoutchouc peuvent être responsables d’eczéma de contact allergique donc réaction aux gants de protection en latex.
De plus certaines personnes tolèrent mal la poudre contenue à l’intérieur des gants.
 

Les forces mécaniques Retour facteurs responsables

On a beaucoup parlé de produits chimiques mais il ne faut pas oublier que la friction et la pression contre les instruments de coiffure aggravent l’irritation cutanée.
 

Les variations thermiques Retour facteurs responsables

De même les changements fréquents de température, eau chaude ou froide et air chaud du séchage des cheveux aggravent la sécheresse de la peau.
 

Facteurs personnels Retour facteurs responsables

Outre les nuisances d’origine professionnelle, il faut aussi tenir compte des facteurs endogènes de susceptibilité individuelle.

Chaque individu réagit de façon tout à fait unique selon chaque produit. 

Il est quand même reconnu, même si cela a été très controversé, que le risque de développer une dermite d’irritation des mains est significativement plus élevé chez les sujets ayant des antécédents d’eczéma sévère de la petite enfance ou d’eczéma encore évolutif.

LES MESURES DE PREVENTION DES DERMATOSES

A présent, nous allons détailler point par point les mesures de prévention de ces dermatoses. 

Auparavant, il faut bien comprendre que pour que cette prévention ait des chances d'être efficace, il ne suffira pas d'en retenir un ou deux éléments isolés, pris dans l'ordonnance de prévention qui est à votre disposition, mais il faut rentrer dans une vraie démarche de prévention prenant en compte l'un après l'autre tous les risques et la façon de s'en protéger.

Par exemple, porter des gants pour les permanentes est insuffisant si le rinçage se fait ensuite à mains nues, et si les mains sont lavées avec du shampooing. 

Tous les moyens préventifs doivent être appliqués.

Remplacer les produits dangereux par des produits moins dangereux

Faire le tour des produits utilisés dans le salon afin de repérer les plus agressifs et allergisants, et les remplacer chaque fois que cela est techniquement possible par des produits moins nocifs. 

a)   - les shampooings

Comme il a été dit, préférer les shampooings à PH neutre voisin de 7. 

b)  - les permanentes

Préférer donc les permanentes à froid alcalines contenant de l'acide thioglycolique (ATG) aux permanentes froides acides contenant du monothioglycolate de glycérol (GMTG) comme on vous a déjà dit particulièrement allergisant et qui traverse même les gants en vinyle et en latex ( l'ATG les traverse moins, et il est moins allergisant.

c)   - Les teintures

La PPD (paraphényldiamine) est donc très allergisante. Au point qu'elle a été un moment interdite, à nouveau permise à doses faibles, mais elle existe toujours et il est très difficile sans doute de l'éviter. 

d)  - Les produits de décoloration

Il vaut mieux utiliser des persulfates en granulés, qui ne se dispersent pas quand on les utilise, plutôt que la poudre qui produit des poussières très allergisantes. Cette allergie peut concerner aussi l'appareil respiratoire avec de l'asthme, ou provoquer des accidents graves avec œdème généralisé. 

On ne peut évidemment pas supprimer tous les produits nocifs. Mais de façon générale, il faut préférer ceux dont le conditionnement permet d'effectuer les mélanges sans ouvrir le paquet, ce qui évite tout contact avec la peau. 

Par ailleurs il est recommandé d'effectuer toutes les manipulations avec une aspiration à la source, appropriée.

Se protéger les mains du contact avec les produits

Une fois tous ces produits repérés, il faudra minimiser leur contact avec la peau, grâce à ce que l'on appelle des protections individuelles. 

a)   - Les gants

Le but des gants n'est pas seulement de protéger des salissures, par exemple lors des teintures, mais aussi d'éviter tout contact avec des produits nocifs, même incolores.

-        Ce seront des gants à usage unique pour ne pas réenfiler un gant souillé ou percé.

-        De préférence à manchettes pour protéger aussi les poignets.

-        Les gants en nitrile sont préconisés, car beaucoup de personnes sont allergiques au latex naturel. Et les permanentes traversent les gants en vinyle et en latex.

-        Eviter les talcages, poudrages, qui parfois ne sont pas supportés.

 Quand les porter?

-        Pour les teintures et les décolorations.

-        Mais aussi pour les permanentes. C'est important, car, en outre, le contact des produits de permanente avec le nickel des instruments favorise l'allergie au nickel

-        l'avis unanime est que les gants sont gênants pour les shampooings. Par contre il faut les porter aussi pour rincer les teintures et permanentes.

 Il faut noter aussi que les produits restant sur les cheveux mouillés peuvent encore contaminer les mains. Ce qui explique certains eczémas situés entre les doigts de la main gauche. 

Les instruments aussi sont en contact avec ces produits, ils sont donc souillés, et il faut les rincer régulièrement.

b)   - Les crèmes

Il n'est pas possible de porter des gants pour toutes les opérations, et il est même fortement déconseillé de les porter en permanence pour éviter les phénomènes de macération.  

Quelle autre solution? 

Une alternative intéressante est celle des crèmes de protection spécifiques aux métiers de la coiffure. Pas n'importe quelle crème, car le baume du Pérou par exemple peut provoquer des allergies. Ces crèmes sont à porter surtout  pour les shampooings, mais aussi pour les coupes après coloration par exemple.

Appliquées essentiellement là où démarrent les dermatoses, sur le dos des mains, dessus et entre les doigts, pour ne pas gêner le toucher et la préhension.

A passer toutes les 2 ou 3 heures.

L'idéal serait une présentation en flacon doseur distributeur. 

c)  - Il est enfin important d'organiser le travail du salon de façon à ce qu'il y ait une alternance des tâches pour chaque personne.

Nous avons constaté que les apprentis ont souvent, en presque permanence, les mains dans l'eau et les shampooings, ce qui fragilise fortement leur protection cutanée et prédispose à l'apparition de dermatoses d'irritation, puis allergiques.

Et ces mesures de protection sont valables aussi pour le ménage, que ce soit du salon ou chez soi.

Soigner ses mains

Après avoir supprimé au maximum le contact avec les produits nocifs, il faudra s'appliquer à être toujours bien attentif avec ses mains, à les bichonner.

-        En les lavant avec un savon surgras à la maison comme au salon.

-        Très peu de savon, il ne faut pas en abuser

-        Jamais de détergents

-        Jamais de shampooing

-        Jamais de Javel pour détacher 

Les savons liquides en distributeur évitent de contaminer les pains de savon par des salissures de produits.

Bien rincer à l'eau tiède, ni trop chaude, ni trop froide.

Bien essuyer par tamponnement, sans frotter, sans oublier la région interdigitale, de préférence avec des papiers jetables, sinon une serviette tenue propre et sèche.

Après le lavage, midi et soir passer une crème hydratante réparatrice, soigneusement, là aussi entre les doigts et le bout des doigts. 

En hiver, toujours porter des gants à l'extérieur pour éviter l'apparition d'engelures qui sont un problème fréquent chez les coiffeurs, et prédisposent aussi à l'apparition de dermatoses professionnelles.

N.B. : Le  nickel, très allergisant.  

Comment s'en protéger? 

-        En s'équipant dès l'apprentissage d'un matériel dont les manches sont recouverts de plastique, ou en acier inoxydable. 

-        En supprimant systématiquement le port de bijoux fantaisie sur les mains et les poignets au salon. Les boîtiers de montre peuvent aussi contenir du nickel. 

-         D'ailleurs, de façon générale, les doigts ne peuvent pas être bien séchés sous une bague où du produit peut rester en contact avec la peau. 

-        Lorsque l'on se fait percer les oreilles, il faut demander une boucle sans nickel. Tout percing peut sensibiliser à ce métal.

CONCLUSION

Cette étude a fait l'objet d'une présentation aux salariés des salons de coiffure de Roanne et sa région en novembre 2000.

En outre un petit fascicule a été édité, reprenant les points importants de l'enquête et présentant des recommandations simples à destination des salariés et des employeurs :

puce

Les 10 commandements du coiffeur

1 -

 Utiliser une crème de protection avant le travail.

2 -

Utiliser des gants en vinyle pour les shampooings,teintures,décolorations et permanentes.
Choisir des gants longs qui protègent bien le poignet.

3 -

Ne pas utiliser de shampooing pour se laver les mains. Préférer un savon surgras et neutre.

4 -

Utiliser une crème de soins après le travail.

5 -

Pour le séchage des mains utiliser une serviette sèche et tamponner sans frotter.

6 -

Au salon, ne pas porter de bijoux métalliques fantaisie car ils contiennent du nickel qui, associé aux produits utilisés, favorise les dermites d'irritation.

7 -

Eviter le contact direct avec les instruments métalliques, préférer les manches plastifiés.

8 -

Utiliser une eau tempérée pour éviter les écarts de température au niveau des mains.

9 -

L'hiver, sortir avec des gants (le froid dessèche la peau).

10 -

Eviter d' utiliser des crèmes allergisantes, souvent à base de plantes, (ex. : baume du Pérou).

 

puce

QUELQUES CONSEILS D'AMENAGEMENT DU SALON

- Assurer une bonne ventilation générale des locaux

- Préparation technique dans un local avec ventilation spécifique

- Choisir des instruments à manche protégé ou sans nickel

- Préférer les produits en granulés ou en pâte plutôt qu'en poudre (pour eviter le phenomène de dispersion)

- Les gants doivent être fournis par l'employeur, de préférence en vinyle ou nitrile. Eviter le latex qui est allergisant

- Installation de distributeurs de crème protectrice